Une ambassade alsacienne au Sofitel à Bruxelles

Une ambassade alsacienne au Sofitel à Bruxelles

Conduite par Gilles Pudlowski, une délégation composée de chefs de cuisine, vignerons et artisans des métiers de la bouche, véritables ambassadeurs de notre savoir-faire et des atouts de notre région Alsace, a été invitée au Sofitel Brussels Europe, situé Place Jourdan, un des derniers quartiers typiques de la capitale bruxelloise.

Gérard Goetz, Stéphane Humbert, Ludovic Kientz, Bruno Cutrupi, Roger Bouhassoun, Ernest et Guillaume Schaetzel, Pascal Lanoix, Thierry Grandgeorges, Pierre Weller, Christian Oppé, Sylvie Grucker, Michel Neuhauser, Hubert et Michèle Metz, Anne-Sophie Lorentz-Klipfel, Amélie et Cécile du Vignoble des 2 lunes, Christian et Anne Arzner, Mathieu Goetz, Manou Massenez, ont pu faire déguster leurs spécialités et autres gourmandises à plus de 400 invités, ravis et séduits de ce rendez-vous gourmand.

Autour d’un événement culinaro-littéraire, le critique gastronomique (DNA, LeCoq Gourmand, le Point) a présenté ses ouvrages des deux dernières années : « Le Dictionnaire Amoureux de l’Alsace », ainsi que « Les plus belles tables de France » décliné en version anglaise et « À quoi sert vraiment un critique gastronomique ? ». Le critique gastronomique couche sur papier son métier, partageant avec envie les bonnes tables incontournables et les régions remarquables, à l’instar de l’Alsace.

Le Sofitel était, lors de cette soirée, triplement représentés ; les deux établissements belges s’étaient mobilisés et les chefs Stéphane Coune, (BE, Sofitel Europe) et Tjaco Van Eijcken du (Crystal Lounge, Sofitel Le Louise) ont choisi d’interpréter l’Alsace à travers un Suprême de Coucou de Malines farci à l’alsacienne – Moutarde relevée au raifort et Soupe à la bière de Hoegaarden, émulsion de Munster et toast croustillant ou encore par un « Presskopf’ » de veau/écrevisses/morille, condiment « au vert », relevé graphiquement par les Asperges blanches en trois textures, conjuguant la gastronomie des deux capitales européennes.

Autre contiguïté de la soirée, la présence de Sandrine Hugonot, la directrice du Sofitel Strasbourg Grande ile, distinguée dans le Palmarès 2011 du Pudlo Alsace pour son accueil et sa capacité à « transformer un hôtel de chaîne en hôtel de charme ».

On se souvient des manifestations telles la présentation des livres « Les Grandes gueules », ou du « Dictionnaire amoureux de l’Alsace » qui ont eu lieu à Strasbourg. Stéphane Humbert, le chef du Goh a réalisé un Cône croustillant gorgé d’une mousse de raifort, flétan fumé surmonté d’un caviar de hareng, mais aussi d’un Mini club au Foie Gras et sa gelée de Rhubarbe-Fraise.

La soirée s’est déroulée dans un cadre contemporain et lumineux, orchestré par l’architecte Philippe Capron, où, face à un puits de lumière, Gilles Pudlowski s’est une fois de plus enflammé pour la gastronomie alsacienne et ses atouts culturelles, historiques, artistiques et gastronomiques « Il y a une telle richesse dans cette région, c’est le paradis ».

Les invités se sont empressés de déambuler parmi les tablées appétissantes, en quête de découvertes gourmandes, interrogeant les chefs sur la provenance de leurs produits et la composition des mets. « C’est formidable ce que vous nous proposez » s’exclame ce diplomate tout en dégustant le Foie Gras de Canard aux Figues, agrémenté d’un Vinaigre Bio de Pommes et Pruneaux, Gelée Cassis et Rhubarbe, poursuivant avec une Cuillère d’Escargot & Flan d’Ail exécuté par le chef de l’Hostellerie des Châteaux à Ottrot.

A la table de Julien (Fouday) le chef Gérard Goetz et Rémy ont créé l’animation proposant les Nems de gambas, accompagnées d’une succulente sauce aigre douce aux poivrons doux, mais aussi des Verrines à L’italienne servies avec la même générosité. Il régnait une belle ambiance autour de ce stand, mais Gérard Goetz est un habitué des lieux, et parmi sa plus fidèle clientèle, de nombreux belges, déjà conquis.

Le plus Alsacien des chefs italiens, Bruno Cutrupi a coloré la soirée avec gastronomie, sourire et bonne humeur proposés en continuité à la table de la Fontana d’Ernolsheim sur Bruche.

Son Gaspacho de tomates fraiches et Basilic avec de la Cecina de bœuf séché à la Mozarella de Bufflone a exprimé toutes ses saveurs. Non loin, Pascal Lanoix le chef de la Rochette à Labaroche compose un Opéra de Fromage frais à la pomme, et Thierry Grand Georges, chef du Velleda à Grandfontaine dresse des St-Jacques, céleri rémoulade et jus de sésame.

La seule femme chef Sylvie Grucker, du Pressoir de Bacchus à Blienschwiller fait succès avec sa fameuse soupe de choucroute tant plébiscitée, qu’elle accompagne délicatement d’un Bonbon de Foie gras disposé tel un chocolat. Son immense marmite fumait bon la tradition alsacienne.

Roger Bouhassoun, chef de La Cheneaudière à Colroy la roche a mis tout son cœur dans la création de ce Kase knepfle (quenelle au fromage blanc de chèvre du Solbet), râpé de truffes fraiches d’été et comment ne pas se laisser tenter par la Malicette au Foie gras de Pierre Weller, de la Source des Sens à Morsbronn Les Bains.

Le chef du Crocodile à Strasbourg, Ludovic Kientz a réalisé ses Maki de lentilles, céviche de Bar à la betterave pour suivre avec une Guimauve à la tomate. Le bal des dressages des assiettes a ravi le public, heureux d’observer en direct les derniers gestes techniques.

Michel Neuheuser, Hôtel Neuhauser à La Broque a présenté son Pressé de volaille au Foie gras, sauce ravigote à proximité du stand des Pains et Fromages de La Ferme des 5 vaches à Fouday.

En fin de soirée, les desserts ont rivalisé de créativité pour terminer tout un douceur un parcours gourmet et gourmand en s’arrêtant chez Jean-Pierre Oppé, Pâtisserie Confiserie OPPE à Mutzig pour apprécier ses Macarons à la Griotte (cerise d’Alsace) ou encore le Tatin d’abricot aux senteurs de Romarin de Pascal Lanoix, sans compter sur le truculent Duo de Panna cotta et chocolat aux pistaches torréfiées de Sicile de Bruno Cutrupi.

Les convives ont pu se désaltérer avec une rafraichissante bière Perle d’Anne et Christian Arzner à Strasbourg, ou en dégustant Crémant, Gewurztraminer, Riesling et Muscat d’Alsace de La Cave de la Dime, chez Michèle et Hubert Metz à Blienschwiller, d’Anne-Sophie Lorentz Klipffel du Domaine Klipfel à Barr, d’Amélie et Cécile du Vignoble des 2 lunes à Wettolsheim ou encore chez Louis Goetz, Domaine Goetz à Wolxheim.

C’est en gardant le meilleur pour la fin que chacun se devait d’aller déguster les eaux de vie de chez Manou Massenez à Villé pour terminer en beauté cette soirée gastronomique et sofitélienne comme on les aime !

Par Julien Binz

Publié le 7 décembre 2018 ‹ Retour à la liste des revues de presse